Les principaux défis et solutions d’intégration des TI suite aux fusions et acquisitions

Aujourd’hui, j’assistais à une conférence sur les technologies de l’information pour le secteur minier, une industrie où les fusions et acquisitions sont très fréquentes. Toutefois, ce qui suit pourrait s’appliquer à la fusion de sociétés dans n’importe quel domaine. Vu la manière dont ces transactions sont généralement effectuées, c’est-à-dire en maintenant une structure organisationnelle décentralisée, les projets d’intégration des TI constituent rarement une priorité lors du processus de contrôle diligent et lors des premières phases de l’intégration. Un dirigeant principal de l’information mentionnait que les sociétés exigent parfois qu’aucun changement ne soit apporté au cours des six premiers mois. Or, les plus importantes dépenses en capital ont généralement lieu dans les premiers trois à six mois d’une fusion ou d’une acquisition. Ainsi, aucun financement n’est prévu pour une consolidation des TI, qui générerait des gains d’efficacité constants. C’est alors que se révèlent les points faibles des TI découlant du manque de centralisation.

Quelles sont les solutions pour régler ce problème?

1. Impliquer plus vos TI dès le début

Une solution qui a été suggérée est d’amener le personnel de TI à participer davantage au processus de contrôle diligent. À mesure que l’industrie se numérise, il devient de plus en plus important de considérer la consolidation des TI comme un processus essentiel à l’intégration saine et efficace de deux entreprises.

2. Identifier les problèmes d’intégration TI les plus importants et les plus urgents

Une autre partie de la solution consisterait à identifier certains des plus grands problèmes d’intégration des TI qui doivent être résolus dans les premiers trois à six mois, et de prioriser ces projets. La liaison des réseaux physiques des deux entités n’a jamais été négligée et constitue depuis toujours une activité réalisée dès le jour un. Toutefois, les réseaux sont liés à une fin précise : avoir accès aux technologies de l’information et aux technologies opérationnelles de l’autre société.

Quels sont les projets clés qui permettraient de résoudre le plus grand nombre de problèmes, si ceux-ci sont abordés immédiatement? Quels projets engendreraient le plus de gains à travers le plus grand nombre d’applications au sein de l’entreprise, tout en maximisant l’efficacité du réseau? Un de ces aspects clés est l’intégration et la consolidation des services répertoires, Active Directory étant le système le plus couramment utilisé. Ces services permettent non seulement d’authentifier les utilisateurs, mais aussi d’autoriser ou d’interdire l’accès aux ressources des deux sociétés.

Selon les analystes du groupe Gartner, un des problèmes les plus fréquents rencontrés par les DPI dans cette situation est la présence d’un système Active Directory excessivement complexe et lourd à la suite de plusieurs acquisitions. Cette réalité s’impose désormais comme un problème de taille lors de l’implantation de services Cloud et d’applications d’entreprise. La centralisation du courrier électronique constitue un autre défi d’intégration majeur. Les services Cloud comme Office 365 laissent croire qu’une telle opération est assez simple, mais en réalité, un projet de migration devra être entrepris afin de fusionner les boîtes courriel et les comptes de connexion des deux entreprises. Les avantages majeurs générés dans ces deux domaines justifient à eux seuls le recours à une intégration transparente. La normalisation de plusieurs autres aspects permettrait aussi de réaliser de nombreux gains d’efficacité, mais certains de ces points sont moins essentiels que les autres.

3. S’engager avec une entreprise de services expérimentée

Faire appel à une firme de services possédant une solide expérience des migrations, consolidations et intégrations. Le personnel de TI des deux sociétés fusionnées est souvent dépassé par les problèmes opérationnels qui surviennent lors d’une intégration. Même avant l’acquisition, ces ressources sont débordées par la résolution de problèmes urgents, et elles disposent rarement de l’expertise et du temps nécessaires à la réalisation de tels projets.

4. Envisagez de modifier le modèle d’abonnement de service

Le moment est aussi venu de songer à changer de modèle de service. Qu’elles soient ou non en processus de fusion, beaucoup d’entreprises veulent éviter d’être confrontées à des dépenses en capital occasionnelles pour leurs TI. Or, il est aujourd’hui possible de tirer parti du Cloud et du modèle de l’abonnement. Une option moins connue est celle du modèle SAAS (Software as a Service), où le fournisseur absorbe les dépenses en capital, et vous assumez les coûts d’intégration par le biais d’un abonnement récurrent. Ce modèle motive le fournisseur à effectuer la consolidation, la normalisation, la résolution de problèmes et la simplification du système le plus rapidement possible, ceci dans le but de réduire les coûts de soutien, un objectif partagé par l’acquéreur. Dans les secteurs cycliques, comme le secteur minier, le modèle d’abonnement présente des avantages majeurs : les coûts augmentent ou diminuent selon l’utilisation des services, qui varie en fonction des hauts et des bas de l’industrie.

Conclusion

Des firmes comme Itergy se spécialisent dans l’intégration d’Active Directory, d’Office 365 et d’autres technologies lors des fusions et acquisitions d’entreprises. Travaillant en étroite collaboration avec les sociétés, ces experts font appel aux meilleures pratiques, aux outils les plus performants et à leur réseau de partenaires pour assurer que l’intégration se fasse aussi harmonieusement et efficacement que possible. Itergy vous offre également des options pour convertir vos services vers le modèle de l’abonnement, dans le but de vous éviter d’énormes dépenses en capital dans le futur.


TAGS:

    Contactez un expert